Activez le Javascript pour consulter le site

Semaine 38: mes 2 faits marquants

Vous êtes ici :

Semaine 38 du 17 au 21 septembre 2018

1° – Innovation et organisation 

Conférence passionnante lors du lancement du concours initié par Hauts de France Innovation et EDF pour soutenir des start-up.

Nos organisations traditionnelles d’entreprises sont structurées pour produire, vendre mais pas toujours optimum pour innover ! Dans une structure importante, plus on grimpe dans la hiérarchie plus on lisse les aspérités du projet, moins l’innovation, la disruption trouvent leur place.

Autre facteur : le temps. La vitesse est devenue une des clefs du succès de l’innovation.

Pour tout cela la cellule start-up semble plus propice ! Elle permet de partir de ‘’0’’, de libérer les talents, l’expression, voire les critiques constructives  (« ce qui tue l’entreprise c’est souvent le mépris silencieux »). Elle permet de se tromper et de vite s’en rendre compte (se tromper à la fin coute très cher : pour exemple certains modèles de voitures lancés qui ont fait des flop retentissants…). La start-up permet de travailler plus facilement en grappe, cluster, plus propices à l’éclosion d’innovations.

Facile à dire… pas toujours simple à mettre en œuvre dans nos entreprises déjà organisées, structurées et aux équipes bien en place !…

 

2° – Loi PACTE : dans la bonne direction mais n’oublions pas la compétitivité coût !

La loi PACTE est en discussion au Parlement ces temps-ci. Il y a dans cette loi une multitudes de dispositions plus ou moins importantes. Incontestablement, toutes ont l’ambition d’améliorer l’environnement économique, fiscal et social de nos entreprises pour les aider à grandir, à mieux partager les fruits de la réussite, à mieux se transmettre, à mieux innover, exporter… le rebond est aussi évoqué. Des simplifications administratives, des harmonisations européennes (parfois douloureuses) vont pouvoir être mise en œuvre.

L’essence même de la loi est le fruit d’un long travail d’observation, de rencontres.

Si tout cela permet – doit permettre – à nos entreprises de gagner en agilité, en adaptabilité il ne faut oublier le problème n°1 de nos entreprises dans une économie mondialisée : la compétitivité coût ! En France la dépense publique pèse plus de de 55% du PIB (nous sommes champion du Monde …sic). Derrière il y a une pression fiscale excessive et des impôts de production beaucoup trop lourds …. Tout cela pèse dangereusement sur un eco-sytème fiscal et social qui ne privilégie pas assez la montée en gamme, en compétence.

Il n’y pas de pays puissant sans une économie puissante …. Un jour, il faudra bien s’attaquer à ce défi si nous voulons que la France redevienne un GRAND pays !